Cette grande dame du travail humanitaire, fondatrice d’une importante ONG - la Maison Shalom -, a accepté de devenir présidente d’honneur d’Enfants de l’Espoir. Parce que la cause des enfants est son combat au Rwanda, au Burundi et qu’elle espère l’essaimer partout dans le monde.

Depuis quelques années, Marguerite Barankitsé a reconnu une communauté de travail et d’esprit avec sœur Marie Stella, directrice de l'association Vivre dans l'Espérance (VIE), notre partenaire privilégié au Togo.

Marguerite Barankitsé l'appelle « ma petite sœur ».

Les deux femmes
se sont rencontrées
et sont devenues amies et commencent à tisser des projets ensemble, partageant les mêmes valeurs d’humanité et d’espérance (ci-contre, lors d'une visite au Luxembourg - photo DR).

En 1993, cette enseignante burundaise assiste, impuissante, au massacre de 72 personnes dans son église et décide de se consacrer aux enfants rescapés. Avec l’aide de mécènes internationaux, elle construit la Maison Shalom, vaste réseau d’écoles et d’hôpitaux, et transforme des camps de réfugiés en véritables villes où se développent des activités économiques…

« Nous élevons, avec tendresse et dans la dignité, une nouvelle génération. Plus de 50 000 enfants qui casseront cette logique de la haine dans la région des Grands Lacs », raconte cette femme élégante et charismatique de 66 ans. Après une prise de parole à Genève lors d’une réunion des Nations-Unies sur les réfugiés, fin 2023, elle confie : « Ayons un rôle prophétique et dénonçons l’indifférence et l’ignorance qui tuent ! Il faut faire pression sur les dirigeants qui oppriment leur peuple afin que les gens puissent rester vivre en paix dans leur patrie. »

Marguerite Barankitsé se bat notamment pour qu’en Afrique on ne brandisse plus les étiquettes ethniques qui préparent à l’exclusion de l’autre. Elle conclut avec conviction : « Même si j’ai vu les pires atrocités qu’un humain puisse infliger à son frère, ma foi m’empêche de désespérer et je crois sincèrement que l’amour triomphera. »


Ils finissent leur apprentissage et cherchent à démarrer une activité professionnelle. Elles ont besoin de travailler pour s'en sortir. Avec Enfants de l'Espoir, donnons-leur un coup de pouce financier pour leur premier métier ! Être accompagné au tout début, cela change tout.

De deux "publics" distincts, mais qui rencontrent une même difficulté pour se lancer dans la vie active :


Voici deux vidéos pour comprendre les difficultés auxquelles se heurtent ces jeunes et ces adultes.

Sr Marie Stella, directrice de VIE, explique en quelques mots comment l'association togolaise accompagne chaque jeune apprenti en finançant :
- sa scolarité et les contrats avec les maîtres d'apprentissage ;
- puis sa première installation : avec la location d'une chambre et d'un atelier pendant six mois, le temps pour le jeune de faire ses premiers pas de pro.

-----

Cathérine Danhour, chargée des "activités génératrices de revenus", détaille le mécanisme des micro-crédits mis en place par VIE pour permettre aux personnes malades et aux familles qui accueillent des orphelins d'acquérir une autonomie financière. Autonomie d'autant plus valorisante, qu'il s'agit principalement de femmes.


L'association Vivre dans l'Espérance, pour aider chacun selon sa situation, débourse des sommes modestes à l'échelle individuelle. Mais multipliés par le nombre de jeunes et d'adultes qu'elle accompagne, ces montants sont en définitive importants et difficiles à assumer... C'est là que vous, nous, association Enfants de l'Espoir, pouvons donner un coup de pouce précieux !


Votre générosité, si fidèle, permet de faire de si grandes choses ! Alors d'avance, un grand merci pour votre réponse à cet appel. Très cordialement.

Xavier Lafont, président d'Enfants de l’Espoir

* Photos et vidéos VIE.

Le 10 mars 2024, notre partenaire au Nord-Togo, Vivre dans l'Espérance (VIE), fête ses vingt-cinq ans d'existence. Vingt-cinq ans... et des centaines d'enfants, de jeunes, d'adultes, malades ou en situation de précarité, accompagnés, soignés, secourus. Pour tenter de les représenter, voici le formidable témoignage de Delphine, première petite fille à avoir été accueillie par Sr Marie Stella !

Quand l'association Vivre dans l'Espérance prend en charge Delphine, sa maman atteinte par le sida vient d'accoucher après une grossesse compliquée. Elle décèdera six mois après, et son papa, lui aussi contaminé par le VIH, onze mois après. Aujourd'hui, Delphine a 25 ans, comme l'association – bien sûr. Elle raconte comment, au fil des années, VIE est devenue sa famille, les enfants des maisons d'accueil ses frères et sœurs, et tout ce que l'association lui a apporté : « J'ai pu réaliser mes rêves grâce à elle. »

En ce moment, elle finit ses études de sage-femme par un stage à la maternité de Vivre dans l'Espérance. Parce que choisir ce métier, compte tenu de son parcours, était une évidence : « Nous devons nous inspirer de notre histoire pour espérer. »

Vidéo VIE

« 25 ans d’espérance malgré les épreuves,
25 ans d’action de grâce, 25 ans de persévérance,
25 années et beaucoup de réalisations
rendues possibles grâce au soutien continu de tous. »

Sr Marie Stella, février 2024

On ne saurait parler des vingt-cinq ans de l'association Vivre dans l'Espérance sans donner le mot de conclusion à Sr Marie Stella qui l'a créée à force d'amour, de volonté, de dynamisme. Elle souhaitait remercier chacun :

« À nos partenaires, amis d'hier et d'aujourd'hui, parrains et marraines des enfants et des jeunes de VIE, associations, fondations... qui nous ont permis de tenir debout, ceux grâce à qui nous continuons le combat aux côtés de nos enfants, malades, nous exprimons notre sincère remerciement pour la confiance que vous nous avez accordée. Que Dieu vous bénisse abondamment. Dans les semaines à venir, nous vous informerons de nos plans pour cette année, malgré la crise et la situation sécuritaire. Ce qui nous réjouit, c'est la joie de l'action de grâce, de progresser malgré les difficultés et les épreuves, et de grandir dans l'amour envers les plus démunis. La vie continue, on compte sur vous, avec vous et ensemble pour vivre dans l’espérance. Merci beaucoup, et joyeux anniversaire à tous ! »

Lettre ouverte de Sr Marie Stella pour le jubileTélécharger

Notre partenaire togolais, Vivre dans l'Espérance, nous envoie régulièrement des nouvelles ; des membres d'Enfants de l'Espoir se rendent au Togo pour partager de chaleureux temps de rencontres avec les responsables, les enfants, les jeunes de l'association. Tour d'horizon de ces derniers mois.

Les visites à domicile sont marquées en ce moment par un nombre important de personnes âgées. La plupart ont pris en charge par le passé les enfants de Vivre dans l'Espérance. Certaines sont aujourd’hui dépendantes et vivent dans une situation de précarité extrême ; l’apport de kits alimentaires et les toilettes à domicile leur sont indispensables. Notre partenaire aurait besoin qu'ici en France, un soutien soit trouvé pour l'aider à les accompagner dignement.

Au centre hospitalier Maguy, à noter l'achat récent d'un appareil de fibroscopie, grâce à l'aide des « amis du Nord et associations ». Dans la région des Savanes, le VIH et l'hépatite B ont pour conséquence de générer de nombreux problèmes gastro-intestinaux. Grâce à cet appareil, il est maintenant possible de mieux les soigner. Un médecin de Kara vient tous les quinze jours ; il est déjà débordé par le nombre de malades présents.

Ils s'appellent Madeleine, Jeanne, Arnaud, Bénédicte, Augustine, Clémence, Lorimpo, et bien d'autres... les enfants de VIE sont devenus de jeunes adultes qui se forment aujourd'hui à leur futur métier pour devenir pleinement autonomes. Ils sont cette année 43 en études universitaires et 57 en apprentissage.

Coups d'oeil en images sur la formation couture...

Les apprenties couturières de cette année (photo VIE).

... et quelques étudiants ou récents diplômés

Les étudiants de Kara pour l'année 2023-2024 (photos de la galerie : VIE).

Malgré une pénurie en eau, les légumes - carottes, choux, betteraves, oignons... - ont pu être récoltés dans des conditions satisfaisantes. Et l'élevage complété par la pisciculture participe à l'équilibre économique de l'exploitation agricole. Visite avec Sr Marie Stella, la directrice de Vivre dans l'Espérance.

À partir de fin décembre 2023, la situation sécuritaire du pays n'a hélas pas permis de se rendre jusqu'à Dapaong... Marie Payen, les pères Hervé et Emmanuel, acteurs de la Pastorale des jeunes du diocèse de Cambrai, membre fondateur d'Enfants de l'Espoir, ont été contraints de s'arrêter à Kara où Sr Marie Stella a pu envoyer pour quelques jours de vacances un petit nombre d'enfants des maisons d'accueil. Ensemble, ils ont fêté dans la bonne humeur le Nouvel An.

De même, au mois de janvier 2024, Cathy et Alain Ruelle, de l'association Comme le colibri, membre associé d'Enfants de l'Espoir, ont retrouvé à Kara Dominique Milibé Kombate, en charge du suivi des enfants et étudiants de VIE, et maman Rita, directrice des maisons d'acceuil. Tous deux ont pu leur transmettre les nouvelles des uns et des autres à Dapaong, et organiser plusieurs rencontres avec les jeunes et les filleuls de Kara et Lomé. 

Dans les deux cas, ce fut une belle façon de vivre l'amitié !


« Jeunes Asso VIE en France », une association constituée par les « anciens jeunes » de Sr Marie Stella installés en France, lance le projet « La vue pour tous ». Un objectif : soigner et équiper de verres correcteurs la population de Dapaong (Nord-Togo). Une date : juillet 2024.

Ce formidable projet fait suite à une première expérience positive qui avait permis d'équiper, en 2019, 900 personnes en quatre jours d'intervention ! Il est mis en place avec trois partenaires français : l'ensemble Saint-Luc de Cambrai, l'institution Notre-Dame des Anges de Saint-Amand-les-Eaux et l'association Enfants de l’Espoir. 


Concrètement, il s'agit de :

  • fournir du matériel d’optique à Vivre dans l'Espérance afin de lui permettre d’équiper la population ; 
  • renouveler et/ou corriger les lunettes des enfants et parents déjà suivis ;
  • donner la possibilité d’appareiller avec des lunettes de qualité ceux qui ne le sont pas encore et qui ont des problèmes de vue. 


(Photos VIE)

Comment ?

En organisant sur place, en juillet prochain :

  • des consultations et prises en charge ophtalmologiques ; 
  • des distributions de lunettes de correction et de soleil après consultation ;
  • des séances de sensibilisation sur l’hygiène et la santé oculaire.

Par qui ?

Par un jeune de l'association Vivre dans l'Espérance qui suit à Cambrai, depuis 2022, un BTS Optique, formation dispensée par l'ensemble Saint-Luc, et qui aura en juillet prochain toutes les compétences pour accompagner le projet.


Enfants de l'Espoir ouvre à la jeune association « Jeunes Asso VIE en France » sa structure de collecte de dons - via HelloAsso - avec la possibilité de recevoir un reçu fiscal. Vous pouvez donc, si vous souhaitez collaborer, le faire directement via le lien ci-dessous. Votre don servira intégralement à la réalisation de ce projet.

JE DONNE POUR LE PROJET « LA VUE POUR TOUS »


>>> Le matériel qui sera financé par les dons

>>> Le dépliant trois volets à diffuser largement

Flyer "La vue pour tous"Télécharger

À l'initiative de l'association, samedi 27 janvier 2024, à 20 h 30, à Longuenée-en-Anjou, la compagnie Trac N’Art présente « Les amazones », une pièce de Jean-Marie Chevet. La recette de la soirée soutiendra l'appui alimentaire et le suivi psychologique des enfants de Vivre dans l'Espérance (VIE).

* L'espace Longuenée se situe à Longuenée-en Anjou, à une quinzaine de kilomètres au nord-est d'Angers.

Cette année est une année exceptionnelle pour Yendouboame, membre fondateur d'Enfants de l'Espoir.

L’incendie qui a ravagé l’orphelinat Sainte-Monique est une épreuve supplémentaire pour Vivre dans l’Espérance tant au niveau psychologique par les traumatismes engendrés auprès des enfants, qu’au niveau financier.

Pour assurer les volets de nos actions pérennes - que ce soit l’appui alimentaire des enfants malades et/ou hospitalisés pour dénutrition ou malnutrition ou l’appui au fonctionnement par l’indemnité de la psychologue -, notre association compte sur ses fonds propres.

Ci-contre, la cantine du centre Maguy de Dapaong où les enfants malades prennent leurs repas (photos VIE).

Pour ce millésime 2024, c’est Yendouboame qui réserve la salle de L’espace Longuenée pour tout le week-end et c’est Yendouboame qui assure la tenue du bar durant les trois représentations de la pièce « Les amazones ». Ces représentations se tiennent les vendredi 26 janvier en soirée, samedi 27 janvier en soirée - celle au profit de VIE - et dimanche après-midi 28 janvier 2024 en matinée.

L'organisation nécessaire pour tenir le bar s'appuie sur les bonnes volontés. Si vous souhaitez se joindre à elles, n'hésitez pas à contacter Yendouboame par mail à l'adresse suivante : yendouboame@orange.fr. Vous êtes les bienvenus !

Au plaisir de partager avec vous cette soirée tout à la fois divertissante et si utile pour soutenir les petits orphelins de Dapaong touchés, d'une façon ou d'une autre, par le sida.

Hélène Durand,
présidente de l'association Yendouboame,
membre du Conseil d'administration d'Enfants de l'Espoir

 

C'est ce beau message que Sr Marie Stella, directrice de Vivre dans l'Espérance, notre partenaire au Togo, adresse à chacun pour la nouvelle année. Année des vingt-cinq ans de la création de l'association VIE !

Des sourires irremplaçables (photo VIE) !

La journée mondiale de lutte contre le sida, ce 1er décembre 2023, est l'occasion pour Enfants de l'Espoir de rappeler son soutien aux enfants atteints par la maladie et de mettre en lumière son partenariat avec l'association Vivre dans l'Espérance qui prend soin d'eux au Nord-Togo.

Lutter contre les ravages du sida, soigner, accompagner, suivre, accueillir les personnes touchées par le VIH, c'est avec cette ambition qu'est née en 1999 l'association Vivre dans l'Espérance (VIE). Un but qu'elle poursuit sans relâche, avec une attention particulière aux enfants : « L’avenir des orphelins et enfants vulnérables est une préoccupation majeure pour l’association Vivre dans l’Espérance. C’est pour cette raison qu’elle met en œuvre les moyens et crée des stratégies pour mobiliser les ressources pour subvenir aux besoins des enfants infectés et affectés ; afin de faire d’eux les acteurs centraux de leur propre développement » (rapport d'activité 2022 de VIE). On ne saurait mieux formuler les choses.

Pour ces enfants et jeunes, tous orphelins en raison du sida et parfois eux-mêmes séropositifs, notre partenaire togolais a pu en 2022 * :

Les fragilités induites par le VIH sida se combattent mieux avec une alimentation enrichie. A fortiori quand il s'agit d'enfants en pleine croissance.

Assurons les repas des 50 enfants de VIE à la cantine de l'école Enfants de l'Espoir (photo VIE).

Pour cette raison, un appel pour les repas des élèves de VIE à l'école Enfants de l'Espoir avait été lancé l'an passé pour la journée de lutte contre le sida. Beaucoup d'entre vous y avaient répondu favorablement.

Pour leur assurer cet apport nutritif adapté à leurs vulnérabilités, l'association VIE doit débourser chaque trimestre 3 300 euros. Et le réseau Enfants de l'Espoir a décidé de se mobiliser pour l'aider à réunir cette somme, sachant qu'1 repas = 1 euro.

(Si vous souhaitez faire un don par chèque bancaire, merci de bien vouloir préciser au dos de votre chèque la mention « Pour la cantine scolaire ».)

Encore quelques chiffres... Parfois ils précisent mieux que des mots un contexte général.
La lutte de Vivre dans l'Espérance contre le sida c'est, en 2022 * :

<> DÉPISTAGE
1140 personnes dépistées, 45 cas positifs enregistrés, tous du VIH1.
<> PRISE EN CHARGE MEDICALE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH (PVVIH)
719 patients enregistrés, suivis et sous traitement antirétroviral selon la procédure du « test and treat ».
<> PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT DU VIH
- 479 femmes enceintes reçues en counseling post dépistage, 4 futures mamans testées séropositives.
- Nourrissons nés de mères séropositives : 8 ayant pris des antirétroviraux au cours du mois ; 23 ayant été sous allaitement protégé jusqu'à leur 14 mois.
<> SENSIBILISATION
Plusieurs séances de sensibilisation aux effets du VIH sida au centre Maguy et dans les villages : 185 personnes concernées.
<> PRISE EN CHARGE PSYCHO-SOCIALE
- 129 patients en accompagnement psycho-social ; 37 en soutien psychologique.
- 35 patients ayant participé à un groupe de paroles (peu en raison de la Covid).
- 12 causeries éducatives et 12 entretiens individuels d'adolescents.
Par ailleurs, l'initiative des boîtes à mémoire, démarrée en 2013, s'est traduite par de nombreuses visites à domicile (351 sur l'année), à l'école, à l'hôpital.
* Derniers chiffres connus tirés du rapport d'activité 2022 de VIE.

Fin septembre déjà, nous avions compris à quel point vous vous étiez engagés pour répondre à l'urgence de la situation ; aujourd'hui, vos dons et vos actions sont... immenses. Et voici pourquoi.

En août, au lendemain de l'incendie du premier étage de l'orphelinat, nous avions lancé un appel, un S.O.S, pour faire face aux premiers besoins engendrés par cette tragédie. Votre engagement à tous, ici en France, a dépassé toutes les espérances. Au plan national comme en régions - là où agissent les associations fondatrices et associées d'Enfants de l'Espoir -, vos dons ont pu assurer ces urgences. Mieux ! Ils permettent d'envisager la reconstruction prochaine de l'orphelinat Sainte-Monique.

Le dortoir de Sainte-Monique
- ou ce qu'il en reste - au lendemain du drame (photo VIE).

Sans reparler de toutes les circonstances du drame *, Sr Marie Stella, fondatrice de Vivre dans l'Espérance, notre partenaire au Nord-Togo, nous rappelait récemment le bonheur infini que tous les enfants alors présents dans les dortoirs du premier étage aient pu être sauvés. « Le dernier enfant qui était encore à l'étage s'était réfugié derrière la porte, collé au mur. Les fenêtres en éclatant avait laissé entrer l'air qui attisait le feu. Il y avait une épaisse fumée partout, on ne le voyait pas... » Donc oui, ce bonheur-là n'a pas de prix ! Et l'attention de tous va vers leur bien-être psychologique et matériel.


Les trois maisons de l'association VIE sont occupées à plein * :
- Sainte-Monique, où demeurent 57 petits, encadrés par trois « mamans » responsables ;
- Saint-Augustin, qui accueille 47 garçons également encadrés par un adulte ;
- la maison d’hôtes Saint-Jean, qui, après quelques travaux indispensables, héberge une vingtaine d’adolescentes et une « maman » qui leur est dédiée.
« Maman Rita », directrice de Sainte-Monique, coordonne l'ensemble malgré sa convalescence après deux opérations ophtalmologiques. Comme chacun de ces ados avait un lien particulier avec trois enfants plus petits, leur installation dans une autre maison a créé un choc affectif qu'il faut arriver à surmonter. C'est pourquoi des groupes de dialogues ont été mis en place - trois d'ici Noël - pour permettre à tous de parler, de se retrouver, d'échanger, de garder les liens affectifs.

Jeux en extérieurs à la maison Saint-Augustin (photo VIE).

Ils vont au-delà de nos rêves les plus fous... et ont atteint un peu plus de 90 000 € !
Ils sont le résultat de :

  • vos démarches via le site Enfants de l'Espoir : 30 000 € ;
  • vos chèques envoyés par la poste (y compris ceux de nos membres associés Voyages et partages et Cœur de Gyé) : 17 000 € ;
  • l'opération menée par la paroisse Saint-Etienne de Divonne, près de Gex, à l'initiative d'un ami d'Enfants de l'Espoir : 15 000 € ;
  • deux versements d'institutions qui sont sensibles à la cause de VIE : la fondation luxembourgeoise Jean-François Peterbroeck (15 000 €) et la fondation Luciole, fidèle partenaire sur le projet de l'école de Dapaong depuis plusieurs années (15 000 €).

S'ajoutent à ces dons, ceux confiés aux associations de notre réseau en régions (Yendouboame, L'acacia et le néré, Maminou...) qu'elles transmettent directement à Vivre dans l'Espérance. Aujourd'hui, ces dons-là représentent près de 40 000 €, et ce chiffre va augmenter grâce à leurs prochaines initiatives : concert de musique classique à Nîmes, vente d'objets africains en décembre près de Rouen, soirée théâtre en janvier à Angers, etc. N'hésitez pas à les contacter ! Toutes leurs coordonnées sont ICI.

Grâce à vos dons, l'envoi
du conteneur a pu être financé
en intégralité par le service
de la Pastorale des jeunes
du diocèse de Cambrai (voyage
et coûts de certaines démarches).

Le panorama de votre engagement ne serait pas complet si nous ne parlions pas aussi du conteneur qui va bientôt arriver à Dapaong. Ce projet est celui du service de la Pastorale des jeunes du diocèse de Cambrai qui a suscité une entraide locale dont le résultat est allé bien au-delà des prévisions de départ.

Mobilier (lits, armoires), produits d'hygiène, vêtements, matériels scolaires... la liste est si longue que l'association VIE est en train de bâtir un petit hangar pour réceptionner le contenu du conteneur dans cette période transitoire où les travaux de Sainte-Monique ne sont pas encore lancés.



La chaleur de l'incendie a fait éclater les fenêtres et a fragilisé la structure (photo VIE).

Pour le moment, Vivre dans l'Espérance est en attente d'une deuxième expertise technique pour savoir ce qu'il est possible de faire. Il s'avère, après nettoyage complet des lieux, que la dalle, notamment, a subi les fortes chaleurs dégagées par les flammes. Et la prudence est de mise pour ne pas réparer « à la va-vite » mais bien pour bâtir demain du « solide », avec des normes de sécurité adaptées.

La question est donc : restauration ou reconstruction ? Grâce à votre investissement, elle n'est plus celle du financement ! Dès que des décisions auront pu être prises, nous vous en ferons part bien sûr.
À très bientôt et merci encore pour l'attention bienveillante que vous portez aux enfants de Dapaong.

Xavier Lafont, président d'Enfant de l'Espoir

.

Les 25 et 26 novembre prochains, l'association Voyages & partages sera présente au marché de Noël solidaire de Bois-Guillaume, tout près de Rouen, pour soutenir l'association Vivre dans l'Espérance. Venez nombreux !

De nombreuses idées de cadeaux pour Noël vous y attendent. Bijoux artisanaux, articles en bois, poterie, tableaux, batik, toile de Korhogo, instruments de musique, tissus, sacs, vêtements, nappes... l’éventail proposé de ces objets africains, venus de tous pays, est large. Il est accompagné de produits en provenance du Togo ou d'inspiration togolaise, fabriqués avec le concours de Vivre dans l'Espérance, là-bas au Togo, ou de l’association Enfants de l'Espoir, ici en France.

Normands, venez nombreux, n'hésitez pas à vous déplacer. Vos achats, même les plus simples, allieront l'agréable à l'utile pour soutenir notre partenaire togolais, Vivre dans l'Espérance, qui a dû faire face fin août à l'incendie du premier étage de la maison Sainte-Monique, son orphelinat à Dapaong.

Vous ne pouvez pas venir ? Merci de diffuser l'information auprès de vos amis.

Au plaisir de vous rencontrer sur le stand Voyages & partages le week-end des 25 et 26 novembre !

Hélène Skorochod,
présidente de l'association Voyages & partages


©2024 Association Enfants de l'Espoir - Création graphique : Anaïs Alusse - Conception : Infomaster
magnifiercross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram