Le centre de soins Maguy devrait s’enorgueillir dès fin août d’une véritable petite maternité, construite avec le soutien d’Enfants de l’Espoir.

Malgré le confinement et donc le ralentissement des activités de construction que subit le Togo et en particulier la région de Dapaong, le bâtiment de la maternité qui va bientôt agrandir le centre de soins Maguy avance. Grâce en grande partie (60 %) aux dons récoltés par Enfants de l’Espoir, les murs sont en train de s’élever et l’association Vivre dans l’Espérance (VIE) espère une ouverture fin août.

Actuellement, la maternité se résume à deux petites pièces, en outre situées à l’étage du centre de soins, ce qui est inconfortable pour des parturientes de plus en plus nombreuses à venir se faire suivre ici : « Durant les quinze premiers mois de cette activité au centre, nous avons accompagné 180 naissances, raconte Sr Marie Stella, directrice de l’association Vivre dans l’Espérance. Mais de janvier à mai 2020, nous avons déjà assisté 102 accouchements, soit une vingtaine par mois ! » De même, 572 consultations pré-natales ont eu lieu depuis janvier contre 702 pour toute l’année 2019.

Et ces chiffres devraient encore augmenter car le bouche à oreille fonctionne très bien. Les femmes sont volontaires pour être mieux suivies et accoucher, dans de bonnes conditions, dans cette maternité, ce qui peut leur éviter des complications médicales. Trop souvent encore, en effet, dans cette région très rurale et pauvre, des grossesses se terminent en drame, faute de bon suivi préalable.

Un tarif raisonnable est demandé aux patientes « car nous avons remarqué, par expérience, que le tout gratuit n’est pas bon », précise Marcel Mendouna, directeur adjoint de VIE. Désormais, le centre Maguy est en lien avec les mutuelles pour des prises en charge au tiers payant. « Bien sûr, si une femme se présente qui ne peut rien payer, nous ne la renvoyons pas. Ce serait contre notre éthique. Il y a une caisse d’aide sociale pour ces cas-là », indique Sr Marie Stella. Qui ajoute : « Dans les cas graves, nous transférons les mamans à la maternité du Centre hospitalier régional (CHR), qui, seul, possède un plateau technique permettant la chirurgie. »

Les perspectives qu’ouvre le nouveau bâtiment

L'édifice permettra de mieux accueillir les femmes enceintes pour les consultations et les accouchements.

Il comportera deux cabines d’hospitalisation et deux boxes dans une vaste salle d’accouchement. Mais il y aura aussi des espaces pour s’occuper du nouveau-né et des jeunes mères avec toute l’hygiène requise et des bureaux, stockages, une salle de garde pour les soignants.


VIE prévoit de presque doubler son équipe qui comprendra après l’inauguration, deux sages-femmes, deux « accoucheuses » (c’est-à-dire des aides-soignantes spécialisées dans l’assistance aux accouchements) et quatre garde-malades.

« C’est tellement dommage que la situation sanitaire et sécuritaire actuelle empêche nos amis d’Europe de venir voir le travail accompli », déplore Sr Marie Stella qui espère pouvoir faire visiter l’ensemble des nouveaux projets de VIE dès 2021.

Sophie Laurant, secrétaire générale d'Enfants de l’Espoir


Pour les dernières nouvelles de Dapaong Les amis de Sr Marie Stella. 


Des regards, des chansons, des messages, pour se soutenir et se dire merci. Que c'est bon ! Bravo aux initiateurs de ces vidéos.

De vous à nous.

De nous à vous.

Pour soutenir l’action de Sr Marie Stella en période de COVID-19.

Quant aux dernières nouvelles de Dapaong,
c'est aussi ici Les amis de Sr Marie Stella.
 

Formidable ! Au début du mois de mai 2020, le chantier de construction de l’école primaire de Vivre dans l’Espérance à Dapaong s’est achevé.

C’est une très bonne nouvelle pour les 60 élèves qui pourront faire leur rentrée scolaire dans les deux premières classes de la nouvelle école, ouverte à vingt premiers enfants malades de l’association Vivre dans l’Espérance et à une quarantaine d’enfants du quartier.

C’est la première phase de ce chantier qui se poursuivra encore deux ans par la construction de deux classes par an. Ainsi, les enfants admis en première année grandiront au même rythme que leur école… une classe par an ! En trois ans, 180 élèves de primaire pourront bénéficier d’une pédagogie et d’un rythme adaptés à leurs capacités. Enseignants et éducateurs constitueront les équipes pédagogiques. C’est l’école qui s’adapte à leurs situations particulières, non plus l’inverse.

La première construction est réalisée ; le mobilier est en cours de fabrication, les équipements sont en cours d’acquisition et les recrutements de l’encadrement vont bientôt débuter. La Fondation Luciole de l’Institut de France que nous remercions, finance le projet ; l’association Enfant de l’Espoir en a assuré l’ingénierie. Ainsi, l’école ouvrira ses portes dès la rentrée de septembre 2020 et portera le nom d’Ecole Luciole Enfants de l’Espoir.

Nous sommes heureux d’avoir accompagné cette démarche et de passer ainsi, du document de projet à la réalisation concrète !

Xavier Lafont,
président d'Enfants de l’Espoir

(Les photos de cette page sont de l'association VIE et, celles de la visite en décembre 2019, de Marie Payen.)


Une rétrospective du chantier s’imposait...

Dans cette longue lutte contre le coronavirus et la pauvreté, le SOS lancé par Enfants de l’Espoir a suscité un élan formidable de votre part à tous. La vidéo de Sr Marie Stella reçue récemment et le message de Xavier Lafont, notre président, en témoignent.

Chers amis,
La gravité de la pandémie du Covid-19 et son expansion en Afrique nous ont incités, dès la fin mars, à lancer une opération d’urgence pour venir en appui des actions spécifiques menées par notre partenaire privilégié au Togo, l’association Vivre dans l’Espérance.

Sr Marie Stella (photo DR).

Grâce à votre générosité,
Enfants de l’Espoir a déjà collecté
5 900 euros pour répondre à l’urgence
et 4 800 euros de dons pour soutenir
les actions à moyen terme.
Trois personnes ont souhaité
également engager un parrainage
à long terme avec un enfant.

A Dapaong (photo DR).
Tournée dans les villages (photo DR).

Car vous avez été nombreux à vous mobiliser pour permettre à la directrice de Vivre dans l’Espérance, sœur Marie Stella, et à ses équipes de renforcer les visites des malades et des familles confinées à leur domicile dans les villages, à mettre en place des « mesures-barrières » dans les structures de santé et dans l’orphelinat Sainte-Monique.

Les enfants et les familles vous en sont reconnaissants et vous expriment leur gratitude, ainsi que sœur Marie Stella, dans cette vidéo qui donne à voir les actions entreprises et le contexte dans lequel elles se situent.

Xavier Lafont,
président d'Enfants de l’Espoir


Soutenons l’action de Sr Marie Stella en période de COVID-19.
Retrouvez les dernières nouvelles de Dapaong,
sur la page
Les amis de Sr Marie Stella.

Le 2 avril, les enfants confinés à la maison Sainte-Monique ont écrit et dessiné pour leurs parrains, marraines et amis. Voici leur message, leurs beaux dessins, et le témoignage d’Hubert, un des premiers jeunes accueillis par sœur Marie Stella.

Bonjour très chers parrains, marraines, association et amis,

Grande est notre joie de nous mettre autour d’une table ronde de famille pour vous faire part de nos nouvelles. Grâce à vos cœurs pleins d’amour et de générosité, nous, les enfants de l’Association Vivre dans l’Espérance (ASSO-VIE) sommes bien unis et outillés en masques, savon et javel pour se protéger contre la pandémie du COVID-19.
Nous sommes vraiment touchés moralement par cette maladie qui fait énormément de victime sur son passage. L’Etat togolais, pour éviter la propagation de la maladie, a fermé toutes les écoles publiques et privées et donc nous n’allons plus à l’école. Notre maman chérie sœur Marie Stella a décidé de nous mettre en confinement pour nous protéger.
Nous vous informons aussi que suite aux mesures de sécurité sanitaire étatique réduisant le nombre d’attroupements, certains d’entre nous sont en familles.
A tous les parrains, marraines, familles et amis, nous vous disons un sincère et profond MERCI. Infiniment merci pour le soutien affectif et moral que vous nous apportez en ces temps très difficiles.
Nous vous aimons très, très fort.
Mille bises à chacun et chacune.

Très fraternellement,
Vos enfants de l’association Vivre dans l’Espérance

Soutenons l’action de Sr Marie Stella en période de COVID-19.

Retrouvez les dernières nouvelles de Dapaong,
sur la page
Les amis de Sr Marie Stella.


Couleurs et messages d'espérance... les dessins des enfants


Photo DR.

Hubert Baya : « En cette période trouble, je souhaite à tous beaucoup de courage »

Hubert suit un master d’agronomie - sélections de semences -
en France. Les membres du conseil d’administration d’Enfants de l’Espoir ont eu l’occasion de le rencontrer en janvier 2020.

L’arrivée du Covid-19 en Afrique est très inquiétante. Le système sanitaire est précaire, insuffisant pour prendre en charge les personnes malades. Ce qui nous inquiète plus que le système sanitaire, c’est la sécurité alimentaire.
Au Togo, le système informel est dominant, les populations vivent au jour le jour. Pour gagner son pain du jour, il faut d’abord travailler. Il n'y a pas de Sécurité sociale, pas d'épargne pour une majorité de personne. J’ai vécu dans ce système pendant longtemps. Ma mère était aide-commerçante au marché de Dapaong. C’est le soir, après avoir travaillé, qu'elle avait de quoi nous acheter à manger. Le jour où elle n'avait pas bien vendu, nous n'avions pas grand-chose à manger. Aujourd’hui, une grande partie de la population se trouve dans la même situation.
Je pense plus particulièrement aux personnes malades de l’association VIE, aux enfants qui doivent travailler pour se nourrir ou nourrir leurs parents alités.
Le confinement permet de freiner la propagation du Covid-19, mais les populations pauvres du Togo mourront de faim si rien n’est fait.

L’association Maminou, qui soutient depuis quinze ans l’action de Sr Marie Stella à Nîmes, dans le sud de la France, vous avait invité à venir applaudir, le 23 novembre à 18h30, la troupe « Les Globoïdes associés » qui montaient La Bonne Adresse, une comédie de Marc Camoletti, écrivain connu pour sa célèbre pièce Boeing Boeing. Le spectacle était donné au profit de Vivre dans l’Espérance.

Un spectacle tout public 

Le même jour, quatre femmes locataires d’un même appartement, passent une annonce en abrégé pour quatre raisons différentes. Quatre hommes vont se présenter…. S’en suit une série de quiproquos très amusants! L’argument était léger… il a permis de proposer un pur moment de détente.

Les Globoïdes associés (Photo D.R.)

Pour un geste humanitaire !

La recette du spectacle servira à financer une pisciculture au Togo, gérée par les jeunes de Vivre dans l’Espérance, association togolaise avec laquelle Enfants de l’Espoir travaille en partenariat. Ce projet favorise l’autonomie alimentaire des enfants et les impliquera dans la prise en compte d’une nourriture saine et équilibrée.

Les gains récoltés contribueront, également, à l’équipement d’un laboratoire d’analyses et à la réalisation prochaine d’une maternité.

Avec le soutien de Maminou

Association gardoise, reconnue d’intérêt général, Maminou est partenaire de VIE depuis quinze ans. Elle est impliquée dans l’accompagnement et le parrainage des enfants, le soutien aux adultes contaminés. Maminou a financé des projets tels que la création d’un terrain agricole, d’une ferme d’élevage et a largement participé à l’aménagement des maisons familiales ainsi qu’à la  réalisation d’un centre de soins et à son équipement.

… celui de FAAF-GL

Fédération des aveugles et amblyopes de France-Gard-Lozère, elle soutient Maminou dans ses actions et notamment dans son organisation de spectacles culturels à Nîmes depuis plusieurs années.

… et le concours de la mairie de Nîmes

La mairie de Nîmes, partenaire de ce spectacle et de ses objectifs, a mis gratuitement à disposition de Maminou l’auditorium de l’Atria.

Benoît Bourin et Eric Leguay, très impliqués dans plusieurs associations qui œuvrent pour le développement de la Région des Savanes, au nord du Togo, et notamment auprès de Vivre dans l’Espérance, ont eu l’idée d’une vente de pommes de terre bio. Cette vente solidaire a eu lieu à Issy-lès-Moulineaux, en région parisienne, le samedi 5 octobre.

Les bénéfices ont été reversés à l’association Songou-man, dont le but est d’aider au reboisement de cette région subtropicale, en voie de désertification à cause du changement climatique et de la pression de la population.

Quand son voile blanc apparait dans le couloir et que son rire grave résonne sur le plateau du 4e étage de Bayard, à Montrouge, en banlieue parisienne, les journalistes du Pèlerin convergent vers elle : « Sœur Marie Stella, quelle surprise ! », s’exclame la rédactrice en chef Marie-Yvonne Buss en l’embrassant.

La religieuse togolaise dont nos lecteurs soutiennent régulièrement les œuvres en faveur des orphelins du sida, était de passage à Paris cet été en juillet pour rencontrer partenaires et donateurs de son association Vivre dans l’Espérance. La directrice de VIE était accompagnée du père. Michel Wagou, président, et de Marcel Mendouna, son directeur adjoint. Ces derniers venaient présenter l’association à la nouvelle provinciale des Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus, l’ordre auquel appartient Sœur Marie Stella. C’est toujours un joyeux événement que de la recevoir à Pèlerin, où elle trouve un petit mot pour chacun. Certains journalistes qui parrainent un enfant togolais demandent des nouvelles de leur filleul, d’autres sont impatients de savoir ce que deviennent les chanteurs de Soli’chœur qu’ils ont hébergés lors de leur séjour parisien… Ce petit moment impromptu de rencontre ravive l’amitié nouée entre la rédaction et l’association.

Marie-Yvonne Buss, rédactrice en chef de Pèlerin a déployé le calicot pour organiser la photo de groupe… (photo Françoise Jacob)

Avec Gilles Donada, de la rédaction de Croire et Sophie Laurant de Pèlerin (photo Françoise Jacob)
Christophe Chaland de la rédaction de Pèlerin avec Marcel Mendouna (photo Françoise Jacob)
Avec Catherine Thauziès, documentaliste à Pèlerin (photo Françoise Jacob)
©2020 Association Enfants de l'Espoir - Création graphique : Anaïs Alusse - Conception : Infomaster
magnifiercross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram