Informations de rentrée par Sr Marie Stella

12 octobre 2020
Sœur Marie Stella
Dans le quotidien impacté par la Covid, le personnel du centre Maggy et de l'association s'accorde une pause pour une photo de famille (photo VIE).

La directrice de l’ONG Vivre dans l’Espérance qui œuvre pour la lutte contre le sida au nord du Togo et qu’Enfants de l’Espoir soutient, raconte les conséquences de la pandémie sur le centre de santé qu’elle gère.

Le centre de santé Maguy avait débuté l’année avec beaucoup de projets, comme un navire qui démarre et prend son élan pour sa destination prochaine. Mais c’était sans compter sur un redoutable invité inconnu, qui tel une vague géante animée par un climat hostile, allait ébranler et ralentir le navire dans son avancée. Le coronavirus a affecté le centre Maguy sur plusieurs aspects.
Au Togo, depuis que le premier cas confirmé a été détecté, le 5 mars 2020, la réalité de la pandémie à Coronavirus a beaucoup évolué. Le 10 septembre 2020, le pays cumulait 1 537 cas confirmés, dont 37 décès et 1 145 guéris sur 74 495 détectés au total (soit un pour 100 habitants). La plupart des cas se concentrent à Lomé et à Sokodé.
Dans la région des Savanes, on compte 79 cas depuis avril, avec environ 10 décès. Dès les premières semaines, le gouvernement a pris des mesures drastiques telles que le bouclage des préfectures, le couvre-feu de 20 heures à 6 heures, l’interdiction des rassemblements, la fermeture des marchés, lieux de cultes, écoles, etc. Depuis lors, ces mesures ont été allégées en fonction de l’évolution de la pandémie. On croyait avoir passé le pic en mai ; cependant, une recrudescence des cas confirmés a été observée ces dernières semaines.

La gestion sanitaire de la pandémie s’est affinée
Face à cette réalité, de nouvelles mesures ont été prises telles que le bouclage de la ville de Sokodé et de certains quartiers de Lomé, la limitation du nombre de personnes lors des rassemblements et l’obligation du port de masque dans les lieux publics sur toute l’étendue du territoire.
Quant à la gestion sanitaire de la pandémie, il y a eu beaucoup de balbutiements et d’incohérences au début, puis la stratégie nationale de riposte s’est progressivement affinée, avec la mise en place aujourd’hui d’une gestion des cas bien structurée prévoyant la possibilité de surveillance et de test de tous les cas suspects et contacts identifiés.

Le centre Maguy a également pris des mesures pour répondre à la vague de la pandémie dès la fin mars en organisant un circuit de tri, d’identification et de surveillance des cas suspects, en renforçant les mesures de protection au cours des soins et en assurant le respect des mesures de distanciation physique au sein du centre.

Consultation à bord du 4 x 4 (photo VIE).

Pour les visites à domiciles nous avons beaucoup travaillé avec tous les communautaires en lien avec le centre Maguy (dont Enfants de l’Espoir et ses membres, fondateurs et associés) pour rejoindre jour après jour nos patients dans le fin fond des brousses soit en 4×4 soit à motos selon l’état des routes ou pistes. Beaucoup de patients ont rechutés faute de pouvoir se déplacer. Ainsi appuyés, nous avons pu distribuer des kits alimentaires, vestimentaires, des caisses de pharmacie…

Au centre Maguy même, le dispositif a été renforcé mi-septembre par la mise en place de kits de prélèvements. Les patients suspectés sont, depuis, prélevés sur place, les échantillons étant ensuite convoyés au CHR. Cela permet, d’une part, de tester encore plus de patients et, d’autre part, de régler les problèmes logistiques que nous avons actuellement avec le transfert de certains cas suspects.
Quant à la population, elle est allée du déni au début de l’épidémie, à l’angoisse, et, aujourd’hui, à la banalisation et au relâchement vis-à-vis des mesures de prévention.

La pandémie a beaucoup affecté les activités au centre Maguy
En dehors de la perturbation des différentes activités prévues, il y a eu une décrue significative de la fréquentation du centre d’ avril à juin. C’était une tendance générale dans le pays, qui coïncidait avec la période où la population était très anxieuse face à la pandémie, et où les gens avaient peur de venir dans les hôpitaux de crainte d’être suspectés de la Covid-19, ou d’être contaminés. Cela a eu un impact négatif dont l’étendue reste à déterminer, sur les patients souffrant d’autres maladies endémiques et de maladies chroniques.

Depuis fin juin, on observe une reprise progressive de la fréquentation du centre par les malades ainsi que le montre le graphisme ci-contre qui illustre l’évolution des consultations au centre Maguy de janvier à juin.

Heureusement, l’année 2020 au centre n’a pas été uniquement marquée par ces nouvelles peu réjouissantes. Certains événements nous ont égayés et ont ravivé en nous cette « espérance » que nous chérissons tant et qui demeure, contre vents et marées, le socle de l’ONG Vivre dans l’Espérance, et notre source de détermination.

Dans le registre des bonnes nouvelles...
On peut citer : l’obtention de l’autorisation d’exploitation du ministère de la Santé obtenue en juin après de longs mois d’attente anxieuse, l’acquisition de deux aspirateurs et de divers équipements médicaux accessoires mais essentiels à notre fonctionnement quotidien (2 aspirateurs, 2 chariots, 10 garrots, 1 valve vaginale, 1 écho doppler, 1 table d’accouchement, 1 speculum nasal, 1 tensiomètre pédiatrique, 1agitateur). Ceci a été possible grâce au formidable élan de solidarité qu’a suscité le malheureux décès de notre regretté et bien-aimé Denis, un de nos enfants, décédé en juillet.


Echographie dans le service de la maternité du centre Maguy (photo VIE).

Autre nouvelle positive : la maternité est quasiment achevée et nous espérons l’inaugurer dans les prochaines semaines. Déjà, le service de maternité situé au premier étage du centre Maguy a enregistré entre janvier et août 2020, 178 naissances contre 179 pour toute l’année 2019.
Merci à tous les donateurs de ce projet (une donatrice anonyme par le biais d’Enfants de l’Espoir et la fondation Denibam par l’intermédiaire de la famille Gaudé).

Vous le voyez, vents violents et mauvais temps ont secoué « le navire Maguy » de tous côtés, mais il n’a pas chaviré. Il a au contraire été renforcé et continue son avancée avec foi et conviction vers un meilleur horizon qui pointe déjà grâce aux équipements rendus possibles grâce à votre grande générosité.
Que Dieu vous bénisse.


Quelques nouvelles en images des enfants

Sortie en juillet avec 82 enfants. Actuellement ils sont 95 à Sainte Monique (photo VIE).

Pour les dernières nouvelles de Dapaong  
Les amis de Sr Marie Stella.

Un commentaire sur “Informations de rentrée par Sr Marie Stella”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

©2020 Association Enfants de l'Espoir - Création graphique : Anaïs Alusse - Conception : Infomaster
magnifiercross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram