Dr Waliyou Salifou, médecin-chef du centre de soins Maguy

« Je suis venu à la médecine un peu par hasard, mais ce qui m’a tout de suite plu, c’est le contact humain. Quel merveilleux sentiment ce métier nous procure lorsqu’on réussit à rendre le sourire à un patient qu’on a pu soigner ! » Ces propos du Dr Waliyou Salifou permettent de comprendre pourquoi, à peine ses études achevées à Lomé, la capitale du Togo, il a accepté de devenir le médecin chef du centre de soins Maguy, l’hôpital fondé par Vivre dansl’Espérance (VIE) – l’ONG soutenue par Enfants de l’Espoir, à Dapaong, tout au nord du pays, dans la région la plus pauvre.

À 33 ans, ce jeune praticien calme, souriant, discret, a été séduit par l’éthique de l’association qui met le patient au centre de ses préoccupations et accueille les plus pauvres comme ceux qui peuvent payer leurs soins.

Alors qu'il était encore interne, Waliyou a été recruté par le médecin-chef de l’époque pour un stage pratique puis pour assurer des vacations à Dapaong, en rotation avec un ami. « Au bout de six mois, après que je sois devenu médecin généraliste, je suis resté. L’association VIE avait besoin d’un responsable pour le centre Maguy et j’étais sous le charme : leurs actions de lutte contre le VIH, pour assurer la santé des enfants à leur charge, les visites à domicile dans les villages les plus reculés, chez les plus pauvres... ces aspects sociaux de la médecine m’ont toujours interpellé. »

Le jeune médecin reconnaît aussi que le charisme de sœur Marie Stella, la directrice de l’ONG, a achevé de le convaincre alors même qu’il est musulman : « Ici, on soigne tout le monde, en respectant la religion de chacun. L’ambiance est très familiale dans l’équipe. Cela m’a épanoui. »

Autre atout du centre Maguy : « La sœur a toujours des projets, j’ai trouvé avec elle et autour d’elle, une équipe très dynamique et entraînante qui me donnait un cadre tout en me laissant innover. »

Car, outre la médecine sociale, le Dr Salifou cultive une passion pour l’informatique et imagine tous les développements, en termes de meilleurs accès aux soins et de recherches, que cet outil pourrait permettre. Vivre dans l’Espérance lui a permis de suivre un Master 1 en ligne consacré à cette spécialisation et, en 2023, il a intégré pour une année universitaire la faculté de Bordeaux afin d’achever, en France, son Master 2 de « médecin informaticien ».

Malgré les difficultés de l’exil – il a laissé au Togo son épouse et sa fillette de 4 ans –, Waliyou Salifou s’accroche et envisage même une thèse s’il peut la faire à son retour au Centre Maguy en bénéficiant d’une co-tutelle française et togolaise. Il rêve d’informatiser bientôt tous les dossiers des patients du Centre « pour mieux les suivre et les soigner plus efficacement ». Maguy pourrait alors devenir un pôle de référence pour la recherche nationale, notamment sur les maladies chroniques.

Bien entendu, créer un tel centre médical d’excellence serait bénéfique aussi pour la ville et la région et attirerait d’autres personnels médicaux. La démarche du médecin-chef s’inscrit ainsi totalement dans l’esprit de Vivre dans l’Espérance qui veut que son action bénéficie à l’ensemble de la population.

©2024 Association Enfants de l'Espoir - Création graphique : Anaïs Alusse - Conception : Infomaster
magnifiercross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram